L'entrainement de la mobilité - Coaching sportif méthodes

 L'entraînement de la mobilité

 

 StartingCoach vous propose un article sur l'entrainement de la mobilité.

 
Vous cherchez un coach sportif à domicile à Paris et en Ile de France pour gagner en mobilité? Ne cherchez plus, StartingCoach mets tout en oeuvre pour trouver le coach qui correspond à vos besoins et vous permettre d'atteindre vos objectifs.

 

 

I.   Définition

 

On utilise plusieurs termes : mobilité, flexibilité, capacité d’étirement.

C’est la capacité d’effectuer des mouvements avec la plus grande amplitude articulaire soit par le sujet lui-même, soit par l’action d’une force extérieure.


Une grande capacité d’étirement permet :

-         la prévention des blessures

-         d’améliorer les qualités techniques (ex : les haltérophiles sont souvent très souples).

 

L’âge optimal d’acquisition de la souplesse se situe entre 11 et 14 ans.

 

 

 

 

II.  Types de mobilité

 

A.   mobilité générale et spécifique

 

La mobilité générale concerne la mobilité des 3 grandes articulations :

-         la scapulo-humérale

-         la coxo-fémorale

-         la colonne vertébrale.

 

La mobilité spécifique est la mobilité d’une articulation dans une activité sportive spécifique.

 

 

 

B.   mobilité active et passive

 

Mobilité active = amplitude maximale d’une articulation sollicitée volontairement.

 

Mobilité passive = amplitude maximale d’une articulation sous l’action d’une force extérieure.

 

 

 

 

III.     Bases anatomo-physiologiques de l’entraînement à la mobilité

 

A.   mobilité en fonction du jeu articulaire et de la capacité d’étirements

 

La mobilité articulaire est déterminée génétiquement et elle dépend de la forme et du comportement des os qui composent l’articulation.

 

La capacité d’étirement dépend :

-         des muscles

-         des ligaments

-         des capsules articulaires

-         des tendons.

 

La capacité d’étirement augmente avec :

-         un travail d’élasticité musculaire

-         un relâchement de la tonicité musculaire.

 

 

 

B.   mobilité selon l’âge et le sexe

 

-         Le nombre de cellules est plus important chez les jeunes.

-         Il y a une grande rétention d’eau due aux mucopolysaccharides qui fixe l’eau sur les tissus.

-         Avec l’âge, la perte importante d’eau cellulaire diminue les capacités d’étirabilité.

 

 

 

 

C.   mobilité en fonction de la température extérieure, de l’échauffement et de la fatigue

 

-         Le froid diminue l’amplitude articulaire.

-         Les capacités d’étirement évoluent au cours de la journée (mieux le soir que le matin).

-         La fatigue ne favorise pas les étirements.
Il faut une température corporelle élevée pour pouvoir s’étirer.

 

 

 entraînement de la mobilité

 

 

 

 

I.   définition

 

On utilise plusieurs termes : mobilité, flexibilité, capacité d’étirement.

C’est la capacité d’effectuer des mouvements avec la plus grande amplitude articulaire soit par le sujet lui-même, soit par l’action d’une force extérieure.


Une grande capacité d’étirement permet :

-         la prévention des blessures

-         d’améliorer les qualités techniques (ex : les haltérophiles sont souvent très souples).

 

L’âge optimal d’acquisition de la souplesse se situe entre 11 et 14 ans.

 

 

 

 

II.  types de mobilité

 

A.   mobilité générale et spécifique

 

La mobilité générale concerne la mobilité des 3 grandes articulations :

-         la scapulo-humérale

-         la coxo-fémorale

-         la colonne vertébrale.

 

La mobilité spécifique est la mobilité d’une articulation dans une activité sportive spécifique.

 

 

 

B.   mobilité active et passive

 

Mobilité active = amplitude maximale d’une articulation sollicitée volontairement.

 

Mobilité passive = amplitude maximale d’une articulation sous l’action d’une force extérieure.

 

 

 

 

III.     bases anatomo-physiologiques de l’entraînement à la mobilité

 

A.   mobilité en fonction du jeu articulaire et de la capacité d’étirements

 

La mobilité articulaire est déterminée génétiquement et elle dépend de la forme et du comportement des os qui composent l’articulation.

 

La capacité d’étirement dépend :

-         des muscles

-         des ligaments

-         des capsules articulaires

-         des tendons.

 

La capacité d’étirement augmente avec :

-         un travail d’élasticité musculaire

-         un relâchement de la tonicité musculaire.

 

 

 

B.   mobilité selon l’âge et le sexe

 

-         Le nombre de cellules est plus important chez les jeunes.

-         Il y a une grande rétention d’eau due aux mucopolysaccharides qui fixe l’eau sur les tissus.

-         Avec l’âge, la perte importante d’eau cellulaire diminue les capacités d’étirabilité.

 

 

 

 

C.   mobilité en fonction de la température extérieure, de l’échauffement et de la fatigue

 

-         Le froid diminue l’amplitude articulaire.

-         Les capacités d’étirement évoluent au cours de la journée (mieux le soir que le matin).

-         La fatigue ne favorise pas les étirements.
Il faut une température corporelle élevée pour pouvoir s’étirer.

 

 

 entraînement de la mobilité

 

 

 

 

I.   définition

 

On utilise plusieurs termes : mobilité, flexibilité, capacité d’étirement.

C’est la capacité d’effectuer des mouvements avec la plus grande amplitude articulaire soit par le sujet lui-même, soit par l’action d’une force extérieure.


Une grande capacité d’étirement permet :

-         la prévention des blessures

-         d’améliorer les qualités techniques (ex : les haltérophiles sont souvent très souples).

 

L’âge optimal d’acquisition de la souplesse se situe entre 11 et 14 ans.

 

 

 

 

II.  types de mobilité

 

A.   mobilité générale et spécifique

 

La mobilité générale concerne la mobilité des 3 grandes articulations :

-         la scapulo-humérale

-         la coxo-fémorale

-         la colonne vertébrale.

 

La mobilité spécifique est la mobilité d’une articulation dans une activité sportive spécifique.

 

 

 

B.   mobilité active et passive

 

Mobilité active = amplitude maximale d’une articulation sollicitée volontairement.

 

Mobilité passive = amplitude maximale d’une articulation sous l’action d’une force extérieure.

 

 

 

 

III.     bases anatomo-physiologiques de l’entraînement à la mobilité

 

A.   mobilité en fonction du jeu articulaire et de la capacité d’étirements

 

La mobilité articulaire est déterminée génétiquement et elle dépend de la forme et du comportement des os qui composent l’articulation.

 

La capacité d’étirement dépend :

-         des muscles

-         des ligaments

-         des capsules articulaires

-         des tendons.

 

La capacité d’étirement augmente avec :

-         un travail d’élasticité musculaire

-         un relâchement de la tonicité musculaire.

 

 

 

B.   mobilité selon l’âge et le sexe

 

-         Le nombre de cellules est plus important chez les jeunes.

-         Il y a une grande rétention d’eau due aux mucopolysaccharides qui fixe l’eau sur les tissus.

-         Avec l’âge, la perte importante d’eau cellulaire diminue les capacités d’étirabilité.

 

 

 

 

C.   mobilité en fonction de la température extérieure, de l’échauffement et de la fatigue

 

-         Le froid diminue l’amplitude articulaire.

-         Les capacités d’étirement évoluent au cours de la journée (mieux le soir que le matin).

-         La fatigue ne favorise pas les étirements.
Il faut une température corporelle élevée pour pouvoir s’étirer.

 

 Questions fréquentes: